• Le tricot a été pour moi, pendant de nombreuses années une véritable passion. J'ai fait mes premiers pas vers l'âge de 8/9 ans, mais je n'y trouvais aucun plaisir.

    L'année de mes 15 ans, alors que j'allais avoir une petite sœur ou un petit frère, ma mère m'a fait tricoter une brassière. Et là, il y a eu un déclic et depuis ce jour, mes aiguilles et mes pelotes de laine ne m'ont plus quitté.

    Je lisais en tricotant, apprenais mes leçons en tricotant et même à une époque, j'emmenais aiguilles et laine au lycée pour m'occuper entre 12 et 14 heures.

    J'ai tricoté pour ma petite sœur (et oui, le bébé attendu était une fille), mes neveux et nièces, les bébés des copines de travail puis plus tard pour leurs petits-enfants et bien entendu pour mon fils lorsqu'il est arrivé.

    Avec le temps, les douleurs aux épaules et aux doigts m'ont fait abandonner peu à peu ce loisir que j'ai remplacé par la broderie.

    De temps en temps l'envie me reprend et pendant le week-end de l'Ascension, j'ai ressorti aiguilles et laine et j'ai cherché dans mes vieux livres de layette un modèle de barboteuse qui pourrait me servir de base pour un poupon de 36 cm.

    Je suis tombée par hasard sur une feuille de papier où j'avais inscris les explications d'une barboteuse pour poupon de 40 cm. J'avais indiqué juste l'essentiel, certains mots en sténographie, des flèches pour indiquer qu'il fallait tricoter pendant tant de rangs.

    C'était et c'est toujours ma façon de transcrire les explications d'un tricot.

    Je ne savais pas d'où me venait ces explications : certainement un copine de travail qui avait dû me prêter une revue. Mais ça doit remonter à de très nombreuses années car je n'en ai pas souvenir.

    Pour tricoter ce modèle, il fallait utiliser des aiguilles N° 3. Comme il était destiné à un poupon plus petit, j'ai choisi les aiguilles N° 2.5.

    Je partais pour tricoter en aveugle car je n'avais aucune photo du modèle.

    J'ai terminé ma barboteuse, fait le montage et procédais à l'essayage. C'était super, juste ce qu'il fallait pour Nicolas, petit poupon de la marque Effe.

    Après la barboteuse, il fallait les chaussons et le bonnet.

    Pour les chaussons, pas de problème, je tricote toujours le même style de chaussons pour bébé. Il fallait juste calculer le nombre de mailles pour le début.

    Pour le bonnet, c'était une autre histoire.

    Pour vous en parler, il faut que je remonte à l'histoire de la barboteuse. En effet, plus j'avançais, plus il me semblait avoir vu un modèle qui ressemblait étrangement à celui que j'étais en train de faire.

    Effectivement j'avais vu cette barboteuse sur plusieurs blogs et notamment sur le blog "Les poupées de Josy et Loty"

    J'ai appris ainsi l'origine de cette barboteuse et j'ai pu admirer le joli bonnet tricoté par Josy.

    C'est en partant de la photo, que j'ai fait celui de Nicolas. Je ne sais pas si ma méthode est la même que celle employée par Josy.

    Après tout ce long bavardage, il serait temps que je vous montre les photos.

     Ensemble pour Nicolas

    Nicolas et ses nouveaux habits

    Vous pouvez voir l'arrière du bonnet qui ne comporte aucune couture.

    J'ai d'autres projets de tricot pour Nicolas car la saison de tennis va commencer et il est plus facile de regarder un match intéressant en tricotant plutôt qu'en brodant.

    Je vous souhaite une très belle journée.

     

    Merci pour votre visite.

     


    19 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique